• Lord Jamar (Brand Nubian) Five percent, « word is born » !

    Il a fallu qu’on vienne nous voir pour nous dire : « non, vous n’êtes pas des chiens mais Dieu. Vous êtes l’opposé des chiens ».

    De tout temps, les croyances ont joué un rôle dans la créativité artistique des civilisations. Aux Etats-Unis, les rappels à la religion sont partout dans la société, billet vert y compris. Ne pas croire peut choquer un grand nombre d’américains. Il s’agirait pour eux de ne pas reconnaitre ce qui est une évidence : la présence de Dieu parmi nous. Il faut croire et encore croire. Ce qui ne nous éloigne finalement pas des valeurs de la culture hip hop : croire… Est-ce une force ?  Ce qui est sûr, c’est qu’une croyance tisse depuis bien longtemps des liens étroits avec bon nombre de rappeurs américains : Nation of Gods and the Earths (Five Percent Nation) et que plusieurs artistes d’entre eux ont réussi à apporter ce qu’il y a de mieux sur le marché mondial de cette musique : Lord Jamar / Brand Nubian, Wise Intelligent / Poor Righetous Teachers, Rakim Allah / Wu Tang Clan… Voilà des artistes auxquels il est difficile de ne pas croire à son tour ! Après avoir rencontré Jennel (membre de la NGE) en nous rendant à l’école « The Street Academy », 2122 Adam Clayton Powell Jr Blvd, Harlem, New York, où le projet socio-éducatif  « Amar Education » enseigne aux jeunes du quartier les mathématiques, la grammaire et l’auto-défense, nous nous sommes par la suite entretenus avec Lord Jamar de Brand Nubian, qui nous aide à mieux cerner les convictions de cette Nation aux fondements sociaux religieux. « Word is born » ! Flo

    « Les musulmans noirs américains sont un ensemble de groupes religieux issus de la communauté afro-américaine qui se réclament de l’Islam sunnite orthodoxe, de l’organisation Nation of Islam ou de divers groupes de moindre importance comme la Nation of Gods and the Earths (Five Percent Nation). La NGE est une dissidence radicale de la Nation of Islam, fondée dans les années 1960 par Clarence 13X. La doctrine a fort peu à voir avec l’Islam, malgré sa référence à Allah. C’est sans doute une des organisations dissidentes les plus importantes. Elle est fortement implantée dans les milieux du rap ». (source : A religious portrait of african-americans)

    DWT : Ton appartenance aux Five Percent est très visible. As-tu grandi dans la religion ?
    Lord Jamar : 
Ma mère était témoin de Jéhovah et mon père ne vivait pas à la maison. Mais je sais qu’il n’était pas très religieux. J’ai donc grandi avec les croyances en Jéhovah.

    DWT : Qu’est ce qui t’a plu dans cette religion ou philosophie des Five Percent et comment l’as-tu découvert ?
    Lord Jamar : J’ai commencé à m’intéresser au sujet quand j’avais 13 ans. Je glanais des informations ici et là.  Mais c’est surtout Dakim, un gars plus âgé que moi, qui me donnait la plupart des informations. Il me donnait aussi des livres (ndlr : l’ouvrage numérologique sacré «les 120 degrés»). Ce qui m’a plu, c’est que d’abord, ce n’était pas une religion. Il s’agissait plus d’une éducation. C’est quelque chose qui m’a parlé en tant que jeune homme noir. Nous avons grandi aux USA avec l’idée que nous étions les opposés de Dieu. Il a fallu qu’on vienne nous voir pour nous dire : « non, vous n’êtes pas des chiens mais Dieu. Vous êtes l’opposé des chiens ». Ces mots étaient puissants. Les mots ont du pouvoir, de l’énergie et des vibrations. On peut sentir l’énergie d’une vérité et celle d’un mensonge. Tout cela avait soudain un sens pour moi.

    Ecole Five Percent Nation, 2122 Adam Clayton Powell Jr Blvd, Harlem, New York – Photo © Down With This

    Nous avons grandi aux USA avec l’idée que nous étions les opposés de Dieu. Il a fallu qu’on vienne nous voir pour nous dire : « non, vous n’êtes pas des chiens mais Dieu. Vous êtes l’opposé des chiens ».

    « This is Jihad music, see the God do it
    Allah U Akbar, Lord Jamar’s the truest
    ONE is Knowledge,
    TWO is Wisdom
    THREE is Understanding, the devil’s underhanded
    FOUR is Culture Freedom,
    FIVE is Power Refinement
    SIX is Equality, newborns follow me
    SEVEN is God,
    EIGHT is Build or Destroy
    NINE is Born, you forget to rewind the song
    ZERO is Cipher, now there you have it «  Keep your cypher »
    And cause I sincerely love Allah’s Mathematics »
    (extrait de « Supreme Mathematics » publié dans «The Five Percent Album», Lord Jamar – ndlr : « Mathématique suprême » attribue une fonction précise à chaque chiffre de 0 à 10, le 7 représente Dieu).

    DWT : Peux-tu nous éclairer sur les raisons du départ de Clarence 13X (futur fondateur des Five Percent) de la Nation of Islam ?
    Lord Jamar : Le fondateur des Five Percent, Clarence 13X (ndlr : né Clarence Edward Smith, vétéran de la Guerre de Corée) pensait que quand la Nation of Islam parlait de Dieu, qu’elle parlait non seulement de Dieu et du prophète mais aussi de tous les citoyens noirs. Clarence 13X voulait promouvoir cette idée. Mais les dirigeants de la Nation Of Islam ne l’entendaient pas de cette oreille. Ils disaient aux gens que seul Wallace Fard Muhammad (ndlr : fondateur de la Nation of Islam) pouvait être Dieu. Pas tout le monde. Il a donc crée sa propre nation (ndlr : entre 1963-64).

    DWT : Quel regard portes-tu aujourd’hui sur Louis Farrakhan et son travail pour la communauté afro-américaine ?

    Lord Jamar : Pour être sincère, je ne suis pas très sûr de son travail. Dans les années 1980, la Nation Of Islam était très puissante. Farrakhan était très important à cette époque. Aujourd’hui, tout a changé. Je ne sais pas trop ce qu’il fait vraiment aujourd’hui pour la communauté musulmane. Je suis allé à Chicago et le restaurant musulman où j’allais d’habitude était fermé. Farrakhan n’est sans doute plus ce qu’il était. C’est un vieil homme maintenant. Mais pas besoin de Farrakhan, tout le monde devrait être son propre Farrakhan. Tu dois faire ce que tu dois faire et arrêter d’attendre que quelqu’un d’autre vienne régler tes problèmes. Quand tu t’appelles Dieu et que tu commences à regarder le monde sous cet angle, tu arrêteras alors de compter sur les gens pour qu’ils fassent des choses pour toi et tu les feras toi même. C’est pour ça qu’ils ne veulent pas qu’on sache qu’on est Dieu…

    Quand tu t’appelles Dieu et que tu commences à regarder le monde sous cet angle, tu arrêteras alors de compter sur les gens pour qu’ils fassent des choses pour toi et tu les feras toi même. C’est pour ça qu’ils ne veulent pas qu’on sache qu’on est Dieu…

    DWT : Vas-tu encore à la mosquée numéro 7 de Harlem ?

    Lord Jamar : J’y allais souvent à l’époque. J’ai beaucoup d’amis qui fréquentent toujours cette mosquée. Je les respecte et ils me respectent.

    Mosquée n° 7 Muhammad – Photo © Down With This

    DWT : L’album «The Five percent Album» sorti en 2006 rend hommage à Clarence 13 X. Cette sortie a apporté quelque chose de bien spécifique et de nouveau dans le hip hop…
    Lord Jamar : Personne n’avait fait un album entièrement dédié aux Five Percent. Je ne l’ai pas fait pour tourner en radio, ni rien de tout ça. Il a été chaleureusement accueilli par les sympathisants. Il y a encore des gens qui me remercient encore aujourd’hui pour tout ce qu’ils ont appris grâce à cet album.

    DWT : En 1993, tu as également eu un titre emblématique « Allah & Justice », dans l’album « In god we trust », avec ton groupe Brand Nubian…

    Lord Jamar : Ce morceau parle des Five Percent. Je parle de mathématiques. Je rends hommage à la Nation des Five Percent. J’étais attiré quand j’étais jeune par cette Nation. Lorsque j’ai compris ce que tout cela voulait dire, j’ai voulu le transmettre aux générations futures.

    DWT : Croire en Dieu te semble t-il indissociable de la pratique du hip hop ?
    Lord Jamar : Tu ne peux séparer Dieu de rien, car Dieu est dans toutes les fondations. Quand tu crées une rime, c’est Dieu qui la crée. Tu fais le travail de Dieu. Quand tu arrives avec de nouveaux lyrics en te demandant comment ils te sont arrivés, c’est simplement qu’ils viennent de Dieu !

    DWT : Quel est le principal message des Five Percent ?

    Lord Jamar : Le principal message, c’est que tu es Dieu et te déconnecter de Dieu est une erreur. Car tu es Dieu et tu es le créateur de l’univers. Tu es le contrôleur de l’âme. C’est le message de base avant toute chose. Il y a certains messages destinés à différents groupes. Il y a des messages destinés spécialement aux hommes noirs, spécialement en Amérique du Nord. Car certains n’ont pas accès à une certaine connaissance.

    DWT : Te considères-tu comme un musulman en étant un Five Percent ?

    Lord Jamar : Je me considère comme Dieu ! Nous mettre dans des cases, c’est ce qu’ils veulent ! Les Five Percent nous apprennent que nous ne sommes pas musulmans. Mais on apprend que le mot mu veut dire «1» et sulman veut dire paix. Alors suis-je la paix ? Oui ! Alors suis-je musulman ? Oui ! Mais si on me dit que Dieu est une divinité mystérieuse dans le ciel alors je dis non ! Mais si tu es Dieu et que Dieu est en toi alors je dis encore oui ! J’étudie toutes les religions : le bouddhisme et plein d’autres. Toutes les religions sont un miroir cassé qu’il faut recoller. C’est en recollant chaque morceau qu’on obtient la vérité.

    DWT : Et le soufisme…

    Lord Jamar : C’est la fondation des Five Percent. Le soufisme est la forme mystique de l’Islam où l’on t’apprend que tu es Dieu (ndlr : son enseignement est issu de la numérologie soufiste et de la numérologie hébraïque).

    Jennel de l’école Five Percent Nation d’Harlem, New York – Photo © Down With This

    DWT : Qu’est ce que les américains pensent de ce courant ?
    Lord Jamar : C’est simple, il suffit de dire le mot Five Percent. Tu comprends alors que le pourcentage restant ne connaît même pas notre existence. Quand tu sors de New York, tu te rends compte que les américains moyens ne savent même pas que de telles pensées existent. Mais on s’en fiche de la perception des autres, c’est la tienne qui compte. Ta perception de la vie est celle qui fait la différence et qui change ta vie. Si tu penses à ce que les autres pensent de toi, de ton organisation, c’est ainsi qu’ils contrôlent tes actions. C’est toi qui dois contrôler tes propres actions.

    Ta perception de la vie est celle qui fait la différence et qui change ta vie. Si tu penses à ce que les autres pensent de toi, de ton organisation, c’est ainsi qu’ils contrôlent tes actions. C’est toi qui dois contrôler tes propres actions.

    DWT : Les Five Percent ont ils pour but de s’étendre aux 85 % ou veulent-ils garder cette connaissance pour eux ?

    Lord Jamar : Les Five Percent ne veulent pas rester Five Percent. Ce sont les 10% qui veulent rester 10% et qui veulent tout garder pour eux. C’est pour cela que les Five Percent luttent contre les 10% dans l’intérêt des 85%.

    DWT : Penses-tu avoir fait du bon boulot ?

    Lord Jamar : Absolument. Depuis que je suis dans la musique, c’est ce que j’ai fait. Les preuves sont là. Beaucoup d’autres artistes sont impliqués mais ils n’en parlent pas forcément dans leur musique.

    DWT : Comment devenir un bon Five Percent ?
    Lord Jamar : Il suffit d’être bon, d’être généreux, serviable, respectueux avec ton esprit et ton corps avec les autres, de civiliser ceux qui ne le sont pas, de transmettre les messages et de rester conscient.

    DWT : Quelle est ta place aujourd’hui dans la musique ?
    Lord Jamar : Un nouvel album arrive, il s’agit de « Known Associate ». Il parle des gens de ma génération, des années 90 dans le hip hop… Avec de super lyrics et de super instrus…

    Propos recueillis le 6 décembre 2012 par Fati et Flo.

    Photo © Down With This

    Dédicace aux membres de la NGE : DJ Kool Herc, World Famous Supreme Team, Busta Rhyme, Digable Planets, J-Live, Nas, Jay Electronica, Erykah Badu, Queen Latifah, Rakim, Big Daddy Kane, Wu Tang Clan, Poppa Wu, Ghostface Killah, Raekwon, Killarmy, Sunz Of Man, Gravediggaz, AZ, Gang Starr, Guru (RIP), DJ Premier, MF Doom, Black Thought, Ras Kass, Jus Allah, Cormega, Allah Mathematics, Brand Nubian, Pete Rock & CL Smooth, Prince Paul, Black Sheep, Poor Righteous Teachers, Large Professor, Foxx, Talib Kweli, Public Enemy…

Partager cet article

Discussion Un commentaire

  1. 12 août 2013 à 8 h 50 min

    Sympa comme interview.
    Y a une partie confuse du à la traduction littérale de l’anglais: « Mais on apprend que le mot mu veut dire «1» et sulman veut dire paix. Alors suis-je la paix ? »

    Le préfixe arabe ‘Mu’ en anglais se traduit ‘one’, ou ‘one who…’, mais en français on dit simplement ‘celui qui’… Mu-SLiM > Mu-sulman= celui qui se soumet, Mu-MiN= celui qui croit, Mu-HaMeD = celui qui est loué, Mu-JaDiD=celui qui rénove, etc.
    Donc en anglais Lord Jamar a du dire ‘Mu means the one’ ou un truc du genre, mais c’est pas dans le sens 1, quantitatif, mais de le sens « quelqu’un / celui qui » ça désigne une personne, pas un nombre.
    Après pour la racine trilitérale SLM, il a y la polyvalence des sens qui s’emboitent : soumission et paix.

    Par ailleurs, dans les dédicaces MF Doom n’est pas five percenters, Doom et KMD était membre de la Nubian Islamic Hebrew Mission aussi appelé Ansaaru Allah, qui était un groupe concurrent des Five Percenters, d’ou l’intéret pour KMD et Brand Nubian de faire ensemble le morceau Nitty Gritty sur l’album de KMD afin de calmé les hostilités entre les 2 communautés. Sur le dos de la pochette du premier album solo de Doom, il porte la tunique blanche des membres de Ansaaru Allah. Jay-Z et Jaz-O en faisaient partie aussi.

    Ansaaru Allah était fondé par Issa Al Haadi Al Mahdi, qui fut interné en 1963 dans un centre psychiatrique en meme temps que Father Allah (fondateur des 5%). Father Allah était issue de la Nation, il entrainait les FOI au Temple de Malcolm X à Harlem ; Issa lui venait du State Street Masjid de Sheikh Daoud à Brooklyn, avant de monter les Ansaaru Allah puis les Nuwaubians. Bref de nos jours il s’appel Malachi York et purge une peine de prison pour abus sexuels sur mineurs. Le fils de York était le producteur de Junior Mafia.

    Peace

Laisser un commentaire